Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

trio.jpg

 

2014

 

 

 

Recherche

3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 05:05

fenouil3

 

Au Moyen Âge, les mamans confectionnaient une sorte de pâte composée de fenouil pilé dans le miel qu'elles appliquaient sur les gencives des nourrissons lorsqu'ils faisaient leurs dents.


Aujourd’hui il termine le repas dans la cuisine indienne

Il a le gout de la réglisse, de l’anis, à la fin des repas il rafraîchit l'haleine et aide à la digestion.

Mâchez donc tout simplement quelques graines. Truffez -en  pains et  gâteaux

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 04:33

tanaisieLOTION PEAU GRASSE


* Faire bouillir pendant 15 minutes,

1 poignée de feuilles de tanaisie et une feuille de laurier.

* Conserver cette lotion stimulante et purifiante au frais

 

 

 

tanaisieANTI -MITES


 2 mesures de tanaisie broyée,

1 mesure de lavande et1 mesure de santoline

Mettre en petit sac et disposer dans les armoires

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 01:21

Pourquoi ne pas s’en servir encore si vous en avez au jardin !

Pour ses propriétés insectifuges bien entendu.

Efficace contre les fourmis, les mites, les puces, les punaises.

On l'emploie en préparant tout simplement des sachets de feuilles et d'inflorescences séchées.

 

 

 

 

tanaisie.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 01:18

tanaisie-fleurs.jpg

 

La tanaisie a pu être utilisée autrefois comme vermifuge mais attention, elle contient une huile essentielle dont un constituant, la thujone, est très toxique à dose élevée. Pourtant, au 9 ème siècle déjà, dans le capitulaire De Villis, on recommandait les feuilles hachées comme plantes potagères et aromatiques.

Aujourd’hui, c’est plutôt comme  plante ornementale qu’elle trône dans nos jardins.

 

 

tanaisie-feuille.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 01:16

Les cornichons sauteurs après une année de relâche semblent au mieux de leurs formes cette saison !

Ils ont déjà piégés stagiaires et visteurs...

D'ailleurs on en parle sur le blog des jardins de Marie

Certes les cornichons l'ont marqué mais la visite du site également, c'est ici

 

cornichons.jpg

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 05:34

Dans la famille Hespèride , j'ai demandé Sylvaine, Virgule ou Actéon  !

C'est Sylvaine qui a répondu présent !

Oh, Sylvaine, comme tu as de grands yeux !

Qui observe l'autre ?

 

hesperide-orange

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 06:00

framboises.jpg

 

 

     Les Dames du jardin de Dame Lucette cultivent les petits fruits pour le bonheur des visiteurs.

En ce moment ce sont les framboises qui attirent tous les regards ! il faut dire qu’avec les pieds dans la terre fraiche, elles donnent de bien gros fruits !

Pas assez pourtant pour de gros chaudrons de confiture!

Qu'importe, c'est au jardin ami que nous trouverons la quantité nécessaire à quelques recettes familiales.

 

      Appréciées dès le moyen âge, on cultivait alors des variétés à gros fruits rouges et jaunes, et des variétés sans épines.

Faible en calories elle offre un taux en potassium, calcium, de magnésium, et de fer très élevé.

Beaucoup de vitamine C et  P qui favorise la circulation sanguine.

Elle entre dans les gargarismes contre le mal de gorge.


      Son abondance en fibres accélère les transits les plus récalcitrants.


Attention:

Pour les intestins fragiles, il est préférable de consommer la framboise en coulis passé au tamis

 

J'en apporte à mémé qui va nous faire une douceur que j'adore.

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 05:22

      Au solstice d'été, les feuilles, allongées, se détachent facilement par simple torsion.

Autrefois, le meunier pastellier les écrasait en les mélangeant à de l'eau pour en exprimer une pulpe que les mouleurs venaient mouler à la main.

Le commerce des coques partait de cette région appelée " pays de cocagne " c'est-à-dire de richesse, en effet les pastelliers figuraient parmi les plus grandes fortunes de l'époque

Les "Cocagnes" ou "guesdes"  étaient mises à sécher durant quatre mois .

Elles devenaient dures, noires petites et ainsi plus faciles à transporter. Sous cette forme, le pigment bleu se conserve quelques mois et peut donc faire l'objet d'un commerce international.

 

bleu.jpg

 

Les cocagnes étaient ensuite écrasées au moulin et la poudre additionnée d'urine provoquait une oxydation . On obtenait ainsi une pâte qui, séchée, donnait la poudre tinctoriale, contenant de l'indigotine.

 

cuve.jpg

 

      Aujourd'hui, les techniques ont changé, les feuilles de pastel sont mélangées à l'eau. Cette phase de macération permet d'extraire l'indoxyle qui est, une fois oxydée, l'élément chimique donnant la coloration bleue. L'indoxyle est d'abord incolore. Il est oxygéné par agitation pour provoquer son oxydation. Le liquide passe alors de la couleur verte à la couleur bleue intense. Une fois l'oxydation achevée, le liquide est mis au repos et le pigment est récupéré au fond de la cuve par précipitation. Il est ensuite filtré plusieurs fois pour le purifier.

Il faut environ 1 tonne de feuilles de pastel pour produire 2 kilos de pigments.

 

transformation.jpg


Le pastel fut la seule source de teinture bleue disponible en Europe jusqu'à la fin du XVIe siècle, avant que le développement des routes commerciales vers l'Extrême Orient permette l'arrivée de l'indigo.

 

      La culture du pastel en Europe a décliné avec l'arrivée de l'indigo au 17 ème siècle. Elle a disparu presque totalement à la fin du 19ème.

À Lectoure, dans le Gers, un architecte décorateur belge, Henri Lambert, de passage dans la région, s’aperçoit que la plante a quasiment disparue. Il décide de replanter et de reproduire des teintures et des pigments de pastel.

Mission réussie, ne parle t-on pas du bleu de Lectoure que l’on retrouve partout : vêtements, bois de volet ou de charrette, peinture décorative.

 

 

utilisation.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 06:22

C'est alors pour moi, le moment de vous parler de cette nouvelle plante au jardin de Dame Lucette : le pastel


pano-pastel.jpg

Quelques graines de pastel achetées à Lectoure et plantées au jardin.

L'an passé juste des feuilles d'un vert profond et cette année une belle plante aux fleurs jaunes qui monte,

 

pastel-fleur.jpg

qui monte, qui monte en graines à son tour


pastel-graine.jpg

 

      La plante forme une rosette de feuilles lancéolées la première année. La deuxième année, elle émet une tige dressée qui peut atteindre 1,5 m de hauteur, sur laquelle s'étagent des feuilles plus petites, les feuilles supérieures embrassant la tige par des oreillettes.

Les fleurs, à pétales jaunes, sont groupées en grappes.

Les fruits sont des siliques de petite taille.

Ce sont les feuilles qui sont récoltées le jour de l'été pour la production de teinture bleue.

 

      Les premières traces archéologiques du pastel remontent au Néolithique et ont été trouvées dans la grotte de l'Audoste dans les Bouches-du-Rhône . Dans un habitat de l'Âge du fer du Heuneburg (Allemagne), on a trouvé des impressions de graines sur des poteries. Les sépultures du Hallstatt de Hochdorf et de Hohmichele contiennent des tissus teints au pastel.



Plante fourragère, plante médicinale aussi : remède antiscorbutique, cicatrisante,  utilisée contre la jaunisse, l’ictère et les maladies de la rate.

Dès l'Antiquité, les Egyptiens teignaient au Pastel, les bandelettes dont ils emmaillotaient leurs momies.

Le Moyen-âge, à son tour, reconnut ses vertus médicinales et cicatrisantes.

Mais elle est surtout connue comme plante tinctoriale....Partons du côté de Lectoure, mettez vos bonnes chaussures, c'est loin de notre clocher !

 


 

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 04:17

bardane-en-fleur3

 

      Les bardanes sont des plantes de grande taille, reconnaissables à leurs capitules dont les bractées se terminent par des sortes de crochets, ce qui permet à ces capitules de voyager, accrochées aux vêtements et au poil des animaux.

      Parfois nommée glouteron, oreille de géant, herbe aux teigneux, elle est utile dans les remèdes de grands-mères pour débarrasser le sang des toxines de l’hiver.

Comme le topinambour et l’artichaut, elle contient de l'inuline dans ses racines et dans ses fruits, elle est donc bonne pour les diabétiques.

      Une décoction de ses petits fruits luisants développe la flore intestinale et apaise les douleurs intestinales. Pour cela, il faut, après avoir fait bouillir de l'eau, y plonger ces petits fruits parfumés, les laisser bouillir quelques minutes et ensuite laisser reposer. Filtrer et boire cette décoction. Elle peut être sucrée au miel.

 

bardane-pano-et-nom

 

 On trouve la bardane et surtout l’huile extraite de sa racine dans beaucoup de lotions capillaires car elle aurait pour action de freiner la chute des cheveux et de ce fait, prévenir la calvitie.

 

Les jeunes tiges peuvent se consommer crues :

* Eplucher

* Couper en tronçons

* Ajoute un petit gout d’artichaut à une salade

 

Les racines et les jeunes pousses se consomment cuites à l’eau ou à la vapeur

Les racines ou gobo est fort prisée des japonais.

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans flore
commenter cet article