Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

trio.jpg

 

2014

 

 

 

Recherche

17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 07:47
Autour du chanvre gravitent d'autres métiers.
Le peigneur va travailler les fibres préparées pour être carder.
Après le trempage en eau et le séchage, il utile un ou deux peignes grossiers.


Il jette la filasse sur l'outil et tire sur les fibres pour démeler.
Cette dernière se transforme alors en un matière plus souple dont on tirera le fil en la filant, c'est le travail des femmes.



Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 07:39

SOUPE AUX FEVES

 

1 kg de fèves, 1 poignée de petits pois, 1 oignon, 3 carottes, persil si le temps le permet

 

* Mettre les fèves épluchées dans 2 litres d’eau salée et bouillante

* Ajouter les autres légumes? coupés en dés

* Cuire 20 minutes

 

     Aujourd’hui on peut mixer, mais aut’fois on laissait les légumes pour une impression de solide dans le corps. Alors vous faite comme vous voulez.!



SOUPE A LA CHATAIGNE


300 gr de chataignes par personne,  300 gr de carottes1 poireau,2 litres d'eau et 2 pommes de terres, 1 poignée de tapioca


* Faire bouillir les légumes dans l'eau salée pendant 25 minutes

* Passer ou aujourd'hui mixer

* Ajouter le tapioca et remettre au feu jusqu'à cuisson, environ 10 minutes


SOUPE CHATAIGNES ET LAIT


Les chätaignes, c'étaient celles qu'on avait ramassé à l'autonme et qui étaient conservées dans du sable à la cave.

* Eplucher la première peau

* Mettre à cuire à l'eau bouillante salée

* Faire chauffer le lait

* A table, chacun épluchait la peau fine de ses chätaignes et les mettaient dans le lait

* On s'arrette quand le bol est plein!

* A déguster avec lenteur.


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 07:26


 

“Les tisserands des Lumières” est une formidable trilogie qui nous emmènera sur les traces de  Voltaire d'Héricourt au domaine de Ferney…




 

TOME 1 Jeanne-Catherine

Un jour de novembre 1758, Baptiste arrive chez son ancien ami Jean-Jacques, humble tisserand de la ville.

Baptiste est envoyé par son maître, Voltaire, pour apprendre le métier de tisserand.
Voltaire souhaite créer des ateliers de métiers à tisser afin de développer le domaine de Ferney qu'il vient d'acquérir et qu’il souhaite industrialiser.

Jean-Jacques vit un amour secret avec sa voisine Jeanne-Catherine, veuve depuis peu, qui subit régulièrement les affronts violents des habitants. Pourtant elle sera la seule femme parvenue à obtenir la confiance de Bigeol le maître tisserand qui n’hésitera pas à lui confier un métier...

Habile, Patricia Gavoille nous lie cœur battant à ses personnages dès le premier tome de cette trilogie sur fond de querelles religieuses en plein siècle des Lumières.



 


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 07:21

 

Le dictionnaire nous dit:

t  tisserand :
  nom masculin singulier  (tissage) ouvrier spécialisé dans le tissage, la fabrication d'un tissu où s'entrelacent deux séries de fils : la chaîne qui forme le support, et la trame qui passe entre les fils de la chaîne

 

           C'est donc un ouvrier ou un artisan qui tisse de la toile.
A Saint -Rémy, on tisse le chanvre.
Il passe des heures devant son métier pour quelques sous.





     Le tisserand travaille, assis, sur une chaîne tendue horizontalement, et il se sert d'un peigne perpendiculaire pour serrer le tissu, d’une navette pour faire passer la trame dans le fil de chaine.

C’est long, fastidieux et répétitif.

Chaque cave a son métier. Des patrons fournissent des commandes et se chargent de vendre les pièces produites.

Dans certaines régions, c'est un métier d'appoint, mais ici c'est une activité à part entière.



Les hommes tissent les toiles, les femmes filent et les enfants préparent navettes et pelotes en gardant les oies.

La mécanisation fera disparaitre cette activité mal payées.


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 13:49
Le village de saint Rémy recèle des trésors à découvrir au fil de belles promenades.
Voici, en haut de la butte son église romane du 11 ème siècle.




Plusieurs détails en font la beauté, à vous de les découvrir sur mes chemins de traverse.

                                                                                                                                                                                                      
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 09:12
En 1788, on compte dans le village:
* 40 familles de tisserands, dont 1 texier, 2 sergetières et 2 filetoupiers
* 39 laboureurs
* 46 journaliers
* 11 charpentiers
* 11 maçons
* 2 cordonniers
* 2 sabotiers
* 3 boulangers
* 1 marechal ferrant
* 1 huilier
* 1 passeur
* 1garde-bois
* 1 sage-femme
* 8 commerçants
* 5 fermier
* 1 curé

un siècle après s'ajouterons
* des tuiliers
* des briquetiers
* 1 instituteur
* des colporteurs....
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 08:04
SOUPE A LA CIBOULE

de la ciboule,( ciboulette ou vert d'oignon montés, on utilisait les ressources de la maison), y'a qu'a en mettre un beau bouquet, hein!, 5 tranches de pain rassis, (tiens, elle aussi elle tournait au pain dur! je sais de qui je tiens alors!!!
Bon je me reprends:
1 botte de ciboule, 5 tranches de pain dur, 2 c à s de crème

* Couper la cive laver et mettre dans 2 litres d'eau salée et poivrée
* Porter à ébulition
* Ajouter le pain rassis
* Laisser mijoter 15 minutes environ
* Ajouter la crème au moment de servir.
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 07:49

       Le redoux et la fin des vacances pour certains, nous voit revenir sur le chemin des caves.
Plus de légumes dignes de ce nom au jardin de Dame Lucette, encore quelques menus travaux dans les salles.
Notre temps se partagera entre mise en place de la prochaine saison, et rencontres avec nos partenaires.

Ce n'est pas la saison que je préfère....Mais c'est une saison qui me laisse du temps aussi je vais vous parler des habitants du village, de leurs métiers surtout.
Dans les années où les caves furent le plus habitées,18, 19ème siècle, ils y avait en nombre des tisserands mais pas que des tisserands.
Le village était bruissant de milles activités: charron, laboureurs, vannier, lingères et lavandières, commerçants et matchands ambulants...
c'est tout ce monde de travail d'un autre siècle que j'aimerai vous faire découvrir.
Je me réfère au livre de M. Benoit pour que les métiers cités s'adaptent à notre village.
C'est  aussi la saison des soupes....

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 09:04
ce sera ma dernière recette avec mon pain dur....Promis! Ce sont aussi mes dernières pommes ....

POMMES A LA CHAPELURE

4 pommes, 50 gr de beurre mou, 50 gr de cassonade,1 sachet de sucre vanillé, 50 gr d'amandes en poudre, 20 gr de maïzena, 70 gr de chapelure, 1/2 jus de citron

*  Ecraser à la fourchette le beurre et la cassonade, le sucre vanillé, la poudre d'amandes, la maïzena et 50 gr de chapelure
*  Former une pommade
*  Arroser du jus de citron
*  Eplucher les pommes, emincer en lamelles
*  Enrober les lamelles dans la préparation
*  Placer dans un moule beurré et saupoudrer de poudre d'amandes, recouvrir avec le reste de la pommade
*  Saupoudrer de la chapelure restante
*  Cuire à four 5 pendant 15 minutes

Servir tiède, simple et delicieux
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 07:50

Les tisserands de la Licorne  F. Bourdon

 

     Roman consacré à une profession ancienne que j’aime bien, vous l’auriez devinez !

Françoise Bourdon, nous fait découvrir le tissage du drap à la main, à une époque où le métier à tisser prend toute la place, et où même la nuit, certaines machines ne se taisaient pas !

Un roman mêlant amour et passion pour ce métier aujourd’hui disparu.


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Bibliographie
commenter cet article