Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

trio.jpg

 

2014

 

 

 

Recherche

4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 06:16
SOUPE POTIRON COCO


2 verres de lait de coco, 1/4 de litre de lait, 1 c cà c de jus de citron, citronelle et potiron


* Mélanger lait, lait de coco, sel
* Ajouter les dés de potirons
* Cuire pendant 20 minutes
* Mixer finement
* Ajouter au service citron et citronnelle
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 07:53
SABLEE CROQUANT AUX GRAINES DE POTIRON

pour environ 40 biscuits :
 175 gr de farine, 100 gr de parmesan, 4 càs de graines de potirons, 1 oeuf, 90 gr de beurre mou, huile

* Mélanger farine,parmesan, graines, poivre et muscade
* Ajouter le beurre en morceaux et travailler du bout des doigts pour une pâte sableuse
* Ajouter 1 c à s d'huile d'olive et l'oeuf battu, malaxer pour unepâte ferme
* Rouler la pâte en boudin, envelloper dans un film alimentaire, mettre au frais 1 heure
* Couper le boudin en rondelles, 1/2 centimètre
* Déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé
* Mettre au four 180, 10 minutes
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 06:49
Continuons notre balade dans notre village
Je vous invite à découvrir la Tour de Gannes sur mes chemins de traverse.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 07:39
Un tour dans le réfrigérateur....
Des potes, des potes et encore des potirons
il est temps de s'y mettre car ils vont commencer à germer en intérieur et ce serait bien dommage de les perdre.
Alors je vous propose, une recette par jour pendant une semaine avec nos amis les potirons.

Aujourd'hui lundi:

CAKE POTIRON, LARDONS, PRUNEAUX

4 oeufs,400gr de potiron,100gr de lardons, 15 pruneaux, 220gr de farine, 100gr de rapé, 1 yaourt nature, 5cl de lait, 1 sachet de levure

* Peler et raper le potiron
* Couper les pruneaux en lanières
* Faire revenir les lardons
* Battre les oeufs avec sel, poivre, farine, levure,un peu d'huile d'olive, lait et rapé
* Ajouter le potiron, prruneaux et lardons
* Enfourner 180 envron 50 minutes
* Servir froid ou tiède
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 07:07
                                      

Le Perce-Neige
Violette de la Chandeleur,
Perce, perce, perce-neige,
Annonces-tu la Chandeleur,
Le soleil et son cortège
De chansons, de fruits, de fleurs ?
Perce, perce, perce-neige
A la Chandeleur.


Robert Desnos





                         "Au tantôt fautdra mettre une cièrge à la boune dame crépière pour êtes riche toute l'an ".

Aujourd'hui est un bon jour, on fait des crêpes et j'aime ça!

     Selon une légende Celte, c'est merlin l'enchanteur qui le premier a gouté aux crêpes faites par la fée Viviane.!!!
Elle avait pas fait exprès, cela pouve que même les fées font des bëtises!
Cette histoire dit qu'elle aurait renversé de la bouillie sur sa pierre chaude du foyer, naissance des crépes on ne peut plus romancée...
Mais ça ne fait de mal à personne...


     Mémé faisait sauter les crêpes à la chandeleur avec un pièce en main, normalement c'est un pièce d'or, mais chez nous z' autes, on est point assez riche pour ça!
Cette façon de faire devait amener richesse pour toute l'année.

      La coutume, encore elle, voulait aussi que la première reste sur le dessus de l'armoire jusqu'à la prochaine chandeleur, pour attirer de bonnes récoltes....Pas si sûr pour les récoltes, mais bonjour les souris!

      Dans certaines régions, on va en procession dans les champs pour attirer le bon esprit sur ses terres.
Cette débauche de lumière est aussi censée faire fuir les esprits malins de  l'hiver

      Autrefois, dans le Poitou, les enfants bergers accrochaient des crêpes au sommet des arbres afin que la pie, reconnaissante, les avertissent de l'arrivée du loup.


Une derniere chose:
" o faut pas filer le sér* de la Chandeleur, o  rend les brebis boétouses*!"

* le sér : le soir
* boétouses: boiteuses



Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Almanach
commenter cet article
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 06:04
le journalier: au nombre de  62 en 1836

     Ce sont les plus pauvres des travailleurs de la terre. Il n'ont rien à eux et se louent donc à la journée. Le journalier vend ses bras, sa force,son habilité
On les  nomme aussi brassiers ou manoeuvriers.
    Certains ne sont guère plus riches qu'un indigent ou un vagabond. La différence? ils ont un toit.. A eux ou de location et avec cette cave, un jardinet dans lequel ils cultivent poix, choux et raves.
Une poule ou deux complètent la richesse.
     A eux le travail pénible pour un salaire de misère: 5 sous par jour.
Le brassier et sa femme ont souvent recours à la rapine: petit braconnage, cueillette dans la forêt.
    Il peut aussi en période d'hiver proposer son aide aux tisserands pour les travaux de veillée, économisant une heure ou deux le bois de chauffage et un repas. Il profitera de l'hospitalité de son hötesse pour se rassasier.

    Pour lui tout est précaire. Que survienne une maladie, un accident et il glisse dans la pauvreté.
S'il perd sa femme il se remarie de suite. A deux on y arrive mieux....Au fil du temps, il verra que son seul espoir c'est la ville, à condition d'y trouver une place de domestique.
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 06:02
Le ménager

Est un tout petit laboureur. Lui aussi est propriètaire de sa terre mais celle ci est minuscule.
Dans cette famille point de cheval, un âne ou un mulet fera l'affaire
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 05:52
Le laboureur

Est celui qui possède un lopin de terre, quelqu'en soit sa taille.
En plus de ce lopin il a aussi la chance d'avoir au moins un cheval.

Il passe pour un notable.
Il n'est pas rare qu'il serve d'intermédiaire avec le seigneur du coin.
Ce sont des paysans qui se sont enrichis en échappant partiellement au système de la féodalité.
En 1788 ils étaient 39 laboureurs, ils ne seront plus que quelques uns en 1836.
Par contre le nombre de valets de ferme, de journaliers et de domestiques agricoles sont en large augmentation
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 05:42
Depuis deux jours je pédale, pas dans la semoule mais sur le rouet et c'est payant !
Après avoir visionner plusieurs fois le film j'ai reussi à faire un fil assez correct, même s'il manque encore un peu de régularité....





Finalement c'est vrai que c'est plaisant de filer au coin du feu....
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 10:00
Mais pas à l'anglaise,et  il ne sera pas dit que je me serais défilée......

Leçon de filage au village.

Les potins de lavoirs n'étaient pourtant pas très engageants...
On nous avait annoncé baton et baguette pour les élèves discipées....

Est ce notre " haute" position statégique dans le village ou notre savoir- faire inné?..Pas de réprimandes sévères ni de bleues à déplorer!
La journée qui n'a pourtant pas révelé deux fileuses hors pairs , c'est déroulée dans la plus chaleureuse convivialité.

     Toute leçon de filage commence par un petit exercice pratique de cardage. Un peu dure pour des bras non avertis. Nous avons pris notre leçon avec de la laine assez facile à trouver, quoi que ..., se réservant le chanvre pour des mains plus habiles!



Puis une mise en pieds à faire tourner le rouet à vide...Facile!!!


Parlons ensuite fil...c'est en fait une mousse de carde qui va toute seule , oui enfin presque, se transformer en fil par la torsion.
Un peu de magie là dedans , ne m'étonnerais pas
La main droite présente la matière, la main gauche tient le fil avant torsion...ça se complique....et le pied actionne le rouet...C'est difficile à expliquer mais cela parait si facile dans les mains de notre hötesse que nous y allons avec candeur....

      Déjà le pied ne fait plus tourner le rouet aussi bien, trop vite, trop lentement, retour en sens inverse, et pendant ce temps les mains s'affolent. La bobine se remplie d'une chose sans nom....
Pas grave,( là si notre position n'avait pas été aussi "haute" dans le village, on aurait sans doute eu droit à la badine!)
On recommence, et on recommence, et on recommence...
En fait, la leçon de filage n'a été qu'une suite de recommencements, noyée malgré tout dans quelques fous rires....Et quelques méli -melo de fils et de mains.



      Dans un accès de bonté, dame nature nous a permis de faire au moins 10 centimetres d'un fil qualifié de bien, alors qu'il avait l'air de présenter moult bouloches et differentes  grosseurs. Rien à voir avec les pelotes déjà réalisées!



      Encouragé par notre professeur, qui avec conviction nous affirme que nous sommes faite pour cet art, que le filage c'est relaxant ( je suis rentrée avec les muscles du dos noués à l'extrème), que nous allons y arrivées, nous sommes reparties avec des devoirs à faire à la maison....
* Faire marcher le rouet 1 heure par jour

Je crois qu'il y a encore des stagiaires qui n'ont pas eu leur leçon..

"Allez y don' vouère les drôlières, c'est achement sympa !"
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article