Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

trio.jpg

 

2014

 

 

 

Recherche

13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 07:34
Je suis allée rendre visite à nos voisins angevins


Il faut toujours voir si c'est plus bat' ailleurs
Les angevins sont effectivement des combatifs!
Quel dynamisme, ça fait plaisir à voir...
J'en suis revenue émoustillée:
"Y ' don des genses qui font ben des choses même que c'est la crise. Vingt dieu qu'à fait ty du bien de l'savouèr !"
"J'vous l'dit tout de go mes amis, on est point tout seul à s'agiter..."

J'en profite pour vous faire découvrir une collégiale angevin somputueuse.
Collégiale Saint Martin



Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 05:42

                                                                                    tableau d'Henry John

     Ce sont les enfants dès 3, 4 ans qui font ce travail.
Loués à la journée, ils mènent les oies aux champs, les chèvres aux broussailles.
Pas question de rester à rien faire.

Les fillettes filent le chanvre à la quenouille.
Les garçons se livrent à la maraude: champignons, escargots les jours de pluie, mûres ou pissenlit, tout ce qui améliorera l'ordinaire des repas.
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 06:41

       La fabrication de sabots est très souvent le travail hivernal d’un forestier. Nous n’avons malheureusement pas de précision à propos des trois sabotiers exerçant au village au temps des tisserands.

( Vous aimeriez voir un parent, ayant excercé un vieux métier au village, mis en valeur, je me tiens à votre disposition pour vous rencontrer et faire un reportage sur sa vie ou son métier.)


   

      Au 18 ème et 19 ème siècle, l'usage du sabot se généralise, chaque village a besoin de sabotiers.

La demande est grande car tous vont en sabots, la galoche de cuir est rare et de toute façon réservée aux sorties.

Un tisserand use environ  cinq à six paires de sabots par an.




     Le métier demande un savoir faire qui n’est pas récompensé car le sabotier est un gagne-petit.

Il passe des heures à faire une paire de sabots, choisissant son bois avec minutie, un bois vieux et sec.

     Ensuite, l’herminette  dégagera le talon. Le paroir, sorte de lame tranchante de 80 cm, donnera la forme extérieure du sabot. Le creusage s'amorçait à la tarière, sorte de vrille de 40 cm, puis se finissait à la cuiller de différentes dimensions. Viendra ensuite polissage et finition.


                                                      photo de B. Henry



      La dernière phase dépendra du talent du sabotier c’est le décor, la frise qui donnera l’élégance ou la particularité du chaussant, des initiales, des fleurs gravées ou une bride de cuir feront toute les différences.




Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 05:04
  

   Deux cordonniers installés à Saint Rémy, un aux alentours de 1870 et l'autre vers 1911. Il se pourrait d'ailleurs que ce soit le même.Mais pas de traces de pignouf !*
le cordonnier fabrique galoches et souliers de cuir.

      C'est sans doute parce que Saint Rémy a une population nombeuse pour l"époque  que s'installe un atelier.
Dans les villages moins peuplés c'est un ambulant qui passe de temps en temps.

Le cordonnier ou savetier fabrique des souliers mais surtout assure l'entretien et la réparation, a grand renfort de clous et morceaux de bois ou de cuir.
Qu'il soit ambulant ou avec pignon sur rue, son outillage est toujours le même: tranchet de coupe, lames, allène, fers à lisser, mailloche, autant de jolis mots d'un vocabulaire de plus en plus oublié.

* pignouf : c'est au cordonnier ce que le mitron est au boulanger, un apprenti un peu gauche et geignard !

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 06:24
FLAN DE POTIRON

potiron en purée, 2 oeufs, 2 c à s de crème

* Mélanger votre purée avec les oeufs et la crème
*Cuire au four 180 pendant 20 minutes

J'ai servi ces petits flans avec des ailes de raies sauce moutarde




Comme c'est dimanche tout est permis alors je propose un bonus: un dessert.

MUFFINS EN ROUGE ET NOIR


400gr de potiron, 125gr de pruneaux, 2 oeufs, 275gr de farine, 125gr de beurre fondu, 100gr de sucre, 12,5 cl de lait, 1 sachet de levure, 1 sachet sucre vanillé

* Faire une purée avec le potiron suivant votre recette
* Mélanger farine,levure, sucre
* Ajouter la purée
* Couper les pruneaux en lamelles
* Battre beurre fondu, lait,oeufs
* Méler les deux pâtes
* Beurrer les moules à muffins
* Cuire 30 minutes four 210




Voilà, il ne m'en reste plus !
Il n'y a plus qu'à espèrer mai pour en semer au jardin de Dame Lucette....
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 06:20
CRUMBLE DE POTIRON

650 gr de potiron,15 cl de crème, 1 c à c de curry,

pour le sablé:
 100gr de farine, 100gr de beurre, 75 gr de parmesan

* Mélanger farine, parmesan et beurre sans trop lissé
* Mixer le potiron cuit en purée
* Ajouter la crème, le curry la muscade
* Cuire à foiur 180 pendant 15 minutes puis passer au grill 2 minutes
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 10:59
La pita est un spécialité Greque, cela va me permettre de vous parler de Mary.
Mary est mon guide d'un voyage qui sans bouger de chez moi, hélas, me fait aller au pays du soleil.
Elle organise un petit jeu sympa en nous faisant réaliser des recette de son pays.
J'ai choisi aujourd'hui :

LA PITA AU POTIRON

2 rouleaux de pâte feuilletée, 700 gr de potiron rapé, 1 oignon rapé, 1 c à s de menthe, 100 gr de farine, 300 gr de féta, 150ml de lait et 3 oeufs



* Faire revenir le potiron rapé dans un peu d'huile d'olive
* Mélanger oignon, menthe, sel, poivre, 50 gr de farine
* Ajouter les oeufs battus, le lait et le reste de farine,  Mary elle dit :" la pâte ne doit pas être liquide". Je n'ai mis qu'un nuage de lait.
* Disposer sur la pâte et recouvrir avec la seconde
* Cuire 15 minutes à four 250 et 20 minutes à four 180.

Un vrai délice ! Une pita, des pites et oui j'ai aussi appris ça chez Mary. Allez y voir , elle en a plein ses cahiers des recettes de pites et tout est bien tentant....



Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 13:42











      Nous sommes quelques uns et unes à réflechir sur les pièges d'une rando-rallye...

Il faut vous séduire, vous amuser, vous faire découvrir, vous agacer, vous balader mais sans vous perdre, bref vous proposer une journée inoubliable.

Retenez dès aujourd'hui votre 31 mai, nous vous promettons des surprises et beaucoup de plaisir.
Entrez dans la magie des troglodytes et du village....
Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans De nos jours
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 06:39

     Le domestique est celui qui se loue à la saison. Cette pratique date du 15 ème siècle, deux louées par an : à la Saint Michel fin septembre et à  la Saint Jean, mi juin

La louée se faisait sur le pont qui enjambe la Creuse, entre Poitou et Touraine entre saint Rémy et Descartes.

Les hommes mais aussi les femmes en quête de patron arboraient un signe distinctif qui faisait voir leur métier.les servantes avaient une fleur au corsage, les charretiers un fouet sur l’épaule, les boulangers un sac de farine, les bergers de la laine ou un chien tenu en laisse.

 

    Les futurs maitres examinent les domestiques, fixent un prix pour la saison et tope- là l’affaire était conclue.

    Quelques sous, une chemise de chanvre ou deux, voir une paire de sabots.

Les 3 mois d’été sont payés au même tarif que la louée de tout un hiver.






On allait ensuite fêter son engagement à l’auberge du coin

et la soirée se terminait dans la liesse et les danses.


 

On n’aurait pas de si tôt l’occasion de faire la fête.



      Quelques jours après, il se rendaient sur leur lieu de travail avec quelques hardes et un coffre ou un petit meuble contenant toute leur fortune personnelle.

C’est a dire pas grand chose !

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans vieux métiers
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 06:09
RISOTTO D' EPAUTRE AU POTIRON

700gr de potiron, 400gr d'épautre, de cube de boiuillon de légumes, 2 verres de vin vlanc, 10 cl de crème fraiche, 2 échalottes, 1 tomate, 1 gousse d'ail, persil, romarin, huile

* Peler le potiron et couper en dés
* Cuire épautre et romarin dans le panier vapeur de la cocote minute en émiettant les cubes et par dessus les dés de potirons,  pendant 15 minutes
* Faire dorer l'échalotte, la tomate et l'ail
* Ajouter le contenu de la cocotte, le vin et cuire jusqu'a évaporation
* Hacher le persil
* Hors feu, ajouter aux légumes, persil, crème
* Servir avec du parmesan




Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans Je suis gourmande et vous
commenter cet article